La psychophanie



Juliette Binoche

« Le festival tendresse m’a fait rencontrer des gens merveilleux, que je ne connaissais pas, comme Gérard Leleu, ou Boris Cyrulnic ou Jacques Salomé, ou encore Anne-Marguerite Vexiau, dont la recherche magnifique, même si elle n’est pas encore prouvée scientifiquement, montre que des enfants psychiquement prisonniers peuvent être libérés – et cela me donne un immense espoir. Pour moi, toutes ces personnes constituent des repères. »
Juliette Binoche , marraine du festival
Tendresse d’Avignon ( 6-8 juillet 2001) « Canaliser nos pulsions »

« Une découverte aussi importante dans la connaissance de l’esprit humain, que celle que fut, au siècle dernier, la psychanalyse. »
(Didier Dumas – Préface de « Un clavier pour tout dire », Anne-Marguerite Vexiau éd. Desclée de Brower, 2002)

« Une révolution dans la compréhension des mécanismes cérébraux et de la conscience. »
(Pr Olivereau – Le cerveau, des possibilités insoupçonnées, Nouvelles clés, Marie-Thérèse de Brosses, été 1997)

« Une mine d’or […] Ce n’est pas tous les jours qu’on voit s’ouvrir les portes d’or de la science […] Nous sommes très loin derrière vous. […] On va se remettre à votre école. »
(Rémy Chauvin – Correspondance personnelle)

La CF et la PPH sont maintenant classées dans la liste des activités libérales du code APE 8690F au même titre que la psychanalyse, l’hypnose, la sophrologie, etc.


Du grec Psychè (l’âme) et Phanein (se révéler), la psychophanie s’adresse à toute personne, quel que soit son âge, qu’elle soit ou non en situation de handicap .




Bénéficiaires de la psychophanie:

Les personnes en grande difficulté de parole

Autistes, polyhandicapés grabataires, patients atteints de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, de surdité profonde ou de cécité, quelque soit leur âge, ainsi qu’aux personnes ayant subi un AVC, aux comateux, aux personnes en fin de vie, etc.




Une personne en fin de vie
Extrait de
« Lorsque l’âme se révèle »
Film de Radovan Tadic (9:00)

Apparemment semblable à la Communication Facilitée, la psychophanie ne nécessite pas pour le facilité de regarder le clavier en réalisant un geste volontaire coordonné ni même de parler la même langue que le facilitant.

Par des mécanismes qu’il reste encore à étudier, il semble que le facilitant serve de médiateur à la communication, offrant en quelque sorte sa « banque de données » dans laquelle le facilité puise à sa guise pour exprimer sa propre pensée.



Un traumatisé crânien
Extrait de
« Lorsque l’âme se révèle »
Film de Radovan Tadic (9:30)
Photo Ulf Andersen – Gamma
« IIs sont totalement conscients »
Pascale Senk – Psychologies Nov. 1986

La succession des lettres ou des mots s’impose souvent au facilitant sans qu’il connaisse à l’avance la teneur du texte. Il est vraisemblable que son cerveau décode et retranscrit automatiquement les émotions et sentiments que le facilité lui envoie, court-circuitant ainsi les déficits liés aux détériorations de son cerveau.

Les textes frappés recouvrent un grand éventail de thèmes: ils peuvent être relatifs au quotidien mais aussi provenir d’un registre plus profond, voire de l’inconscient. C’est un moyen augmentatif ou alternatif de communication remarquable pour les personnes qui ne possèdent pas de langage conventionnel verbal ou par signes. Il ne remplace toutefois pas la parole.

Le facilité donne parfois des informations dont le facilitant ne pouvait avoir connaissance et qui sont confirmées par ses proches, ce qui valide la méthode.

Voir la page « validation »



Sourires de Gaspard,
un tout jeune enfant sans parole (1:13)
Les émotions qu’il manifeste (rires, colères, pleurs, agitation, regard soudainement très présent, expressions du visage, etc.) correspondent souvent de manière étonnante à ce qu’il écrit.

Pleurs d’un autiste mutique (1:03)
Anne-Marguerite Vexiau, complice de la parole retrouvée
Ta main pour parler, les 3 Mondes N°19-sept/oct 2000

J’entends souvent dire qu’il serait préférable que les personnes mutiques puissent s’exprimer seules en frappant sur le clavier. C’est indéniable! Cette méthode stupéfiante ne soulèverait plus le problème de savoir qui est l’auteur de la communication, mais la teneur des écrits n’aurait pas la même profondeur et l’immense majorité des personnes atteintes d’un handicap neurologique sévère ne pourraient pas du tout s’exprimer. Rares sont celles qui peuvent accéder à l’autonomie totale dans la frappe. Faut-il laisser les autres confinées dans leur mutisme?


Les personnes valides s’exprimant normalement qui en ressentent le
besoin et souhaitent un accompagnement thérapeutique

 C’est en découvrant la CF avec les personnes valides que j’ai mieux compris son fonctionnement avec les personnes en situation de handicap et que j’ai réalisé qu’elle avait une valeur thérapeutique incontestable. La psychophanie s’adresse aux personnes en souffrance (enfants énurétiques, atteints de phobie scolaire, d’eczéma, de troubles du sommeil, etc. ainsi qu’aux adultes dépressifs, angoissés, obsessionnels, anorexiques, ayant subi un abus sexuel…)



Un jeune enfant sans handicap (1:18)
Contrairement aux consignes préconisées en CF, je les invitais explicitement à ne pas regarder le clavier, tout comme je le faisais pour les autistes à qui je demandais de jouer ou de dessiner d’une main en même temps qu’ils frappaient de l’autre sur les touches lorsque nous quittions le registre éducatif. Il se produit ainsi une dissociation de l’attention qui permet l’accès à une plus grande profondeur de l’être.

La personne qui sait lire et écrire frappe des idées conscientes et volontaires si elle regarde le clavier. En psychophanie, elle pose son regard ailleurs. Pas plus que la personne privée de parole, elle ne sait à l’avance ce qu’elle va écrire. Elle ne découvre ce qu’elle a exprimé que lorsqu’on lui lit son texte et peut alors en valider oralement la pertinence.



Présentation de la psychophanie pour les personnes valides
par Sylvie Terrien (45min)
La psychophanie fait apparaître les ressentis, les blessures souvent refoulées, les mémoires inconscientes familiales, etc. qui encombrent l’inconscient et émergent souvent sous forme de mal être. Le fait de mettre sur la souffrance des mots surgis du plus profond de l’être fait mieux comprendre l’origine des troubles, apporte un apaisement et donne confiance en soi.

Elle donne accès à la poésie, aux réflexions philosophiques (poèmes et textes) ainsi qu’à la spiritualité (voir mon 3ème livre). Menant à la transcendance, elle permet d’aborder les mystères de la vie et de la mort et des thèmes métaphysiques que la parole ne permet pas forcément d’approfondir. Ce qui ne retire en rien au fait que ce sont bien les personnes facilitées qui expriment leur propre pensée.
La psychophanie ouvre d’immenses perspectives.

De conscience à conscience



Anne-Marguerite Vexiau
et Patrice le Roux
Extrait de « Loin de ne rien dire » (5:30)
Film de Denis Lazerme
Il n’existe pas à l’heure actuelle de modèles rationnels sur lesquels on peut s’appuyer pour expliquer les processus en jeu dans la psychophanie. Les écrits sont la résultante de deux consciences qui s’harmonisent, un espace intermédiaire, un « entre deux* » qui les relie et dépasse en puissance ce que chacun aurait été capable de réaliser séparément de manière consciente.

* Nom actuel du bulletin de CFtmpp’
Vincent, dessin facilité

Si les richesses sont conjuguées, les personnalités restent distinctes, sans confusion : le facilitant expérimenté est à l’écoute de son patient dont il fait jaillir la réalité profonde. Mais la réciproque est parfois vraie et nombre de facilités donnent des conseils judicieux à leur facilitant dont ils perçoivent les émotions avec acuité. De ce fait, en plus du bonheur intense qu’il éprouve à aider l’autre à s’exprimer, il arrive que le facilitant, sans le chercher, bénéficie lui aussi de la PPH.

Passerelle entre le visible et l’invisible, la psychophanie m’a fait percevoir que j’étais reliée à l’humanité tout entière.



Willy Barral
Formé par Françoise Dolto,
ce psychanalyste – écrivain évoque une séance de psychophanie à laquelle il a assisté dans mon cabinet (7:00)
Bien plus qu’une technique, la psychophanie est une rencontre féconde entre deux êtres qui permet d’accéder à la source de ses émotions et de ses sentiments profonds. Mais au-delà du propre moi intérieur, elle fait émerger des pensées qui circulent d’inconscient à inconscient et objective le fait que les consciences sont reliées entre elles, ouvrant ainsi à l’inconscient collectif, universel.

Les ateliers de psychophanie

Des ateliers en psychophanie pour les personnes en situation de handicap ont vu le jour dans différentes régions. Les facilitants ont beaucoup progressé et les textes produits par les nouveaux facilitants sont nettement plus évolués car ceux-ci ne se fient plus seulement à l’impulsion dans la main du facilité, mais au message qu’ils perçoivent venant de lui.

La personnalité et le psychisme se construisent dans la relation profonde et intime, dans ce cœur à cœur avec l’autre. Le corollaire, c’est qu’il est indispensable de prendre en compte le partage des connaissances, les phénomènes d’interférences, de suggestion inconsciente et l’influence réciproque entre le facilitant et le facilité lorsqu’on analyse les productions écrites. La psychophanie ne peut s’exercer sans une formation solide.

Voir La formation actuelle à l’école de CFTMPP’

La formation

Si certains facilitants apprennent plus vite que d’autres, l’exercice de la psychophanie est pratiquement accessible à tous, à condition de recevoir une formation et d’arriver à lâcher prise. Les facilitants ont beaucoup progressé dans l’aisance avec laquelle ils perçoivent le message depuis les débuts de la psychophanie. Ils apprennent à vider leur esprit de toute pensée de manière à être plus réceptifs à la parole de leurs patients.

La formation s’adresse aux parents d’enfants privés de parole ainsi
qu’aux professionnels exerçant dans le domaine de la santé ou du social.

Les formateurs de l’École française de CF et de psychophanie, d’autres aussi qui proposent maintenant un cursus complet de formation et qui ont choisi un autre nom pour désigner ce processus, sélectionnent les candidats et présentent l’étude de tous ces phénomènes. Les facilitants évitent ainsi de s’engouffrer dans des interprétations hâtives et erronées ou d’utiliser la méthode comme un sérum de vérité. La psychophanie nécessite un suivi des praticiens certifiés qui s’engagent à être supervisés et à débattre régulièrement de toutes ces questions avec d’autres facilitants. Elle ne peut en aucun cas être exercée par des personnes qui voudraient assouvir leur soif d’exercer un pouvoir sur l’autre.

Lire la charte du facilitant

Les praticiens 

Je ne pratique plus personnellement la communication facilitée ni la psychophanie. Pour trouver un praticien dans votre région, se reporter au site Cftmpp’ Les praticiens